Bobigny, le tracé rectiligne bordé par un alignement de peupliers

Canal de l’Ourcq

09 mai 2010

Réalisé au début du XIXe siècle, le canal de l’Ourcq alimente Paris en eau non potable. Cet ouvrage d’art, appartenant au domaine public fluvial de la Ville de Paris, a favorisé le développement d’un territoire industriel au cœur de la Seine-Saint-Denis.

 

Frappées par la désindustrialisation, les communes riveraines du canal à grand gabarit (pouvant accueillir des péniches de 1000 tonnes) cherchent à s’ouvrir vers le canal de l’Ourcq, perçu comme un lieu porteur d’identité et de qualité de vie. Les projets à ses abords y sont nombreux, de telle sorte qu’environ 50 % du bâti sur ses berges aura muté dans les 20 prochaines années. Mais ces aménagements jusqu’à présents pensés indépendamment, risquent de nuire à l’identité paysagère du canal et au développement harmonieux de ses usages (loisirs, transports, activité économique…).

 

L’Apur été mandaté en 2008 par son programme de travail partenarial, pour établir un diagnostic des potentiels de développement et des difficultés (notamment techniques et juridiques) rencontrées, l’étude portant sur un linéaire de 12km (de Pantin à Aulnay-Sous-Bois) où ces enjeux se posent avec une particulière acuité. Visant à fédérer les acteurs sur une vision partagée de leurs territoires, cette étude a été menée en étroite collaboration avec les communes concernées, le département de la Seine-Saint-Denis et les directions de la Ville de Paris.

Cette étude menée en 2008 et 2009 a été présentée devant les élus parisiens et des villes riveraines en janvier 2010. Ses 3 volumes sont accessibles en ligne.

 

Elle se prolonge actuellement par des ateliers thématiques appuyés par l’Apur qui devraient aboutir à une vision partagée et cohérente du devenir du canal de l’Ourcq.

  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami