Les données de la métropole : la trame viaire de l'agglomération en 1764
Les données de la métropole

La trame viaire du coeur de l'agglomération : 1764

10 septembre 2013

Dès le XVIIIe siècle, le territoire métropolitain est organisé à partir des grands tracés radiaux historiques.


Les grandes routes royales, devenues par la suite nationales puis récemment départementales, ont contribué à relier le site de la capitale aux grandes régions françaises et au reste de l’Europe.


Ces grands tracés, étroitement liés à la topographie naturelle, dessinent le territoire francilien. Ils rattachent les anciens centres urbains, ponctuels ou linéaires, et témoignent au fil du temps de la densification du territoire.


Ces voies permettent d’accéder également aux domaines de chasses et grands espaces paysagers (bois, forêts, parcs,…) ainsi que les équipements comme les casernes, hôpitaux, couvents…


La qualité paysagère de ces tracés a souvent été altérée au XXe siècle par une vocation routière. La « roue du rideau » et la route de Versailles à Choisy-Le-Roi, sur laquelle sera tracée une séquence de l’A86, sont les premiers tracés ponctuels de rocades.


Aujourd’hui, le développement de transports en commun de surface et la place accordée aux autres modes de déplacement comme la marche et le vélo favorisent la requalification de ces grandes voies radiales de façade à façade. Ces évolutions sont accompagnées par la création d’un nouveau paysage bâti et planté qui redonne à ces voies leur rôle de grands tracés.

 

Cette carte est extraite de l'étude La trame viaire du coeur de l'agglomération - Phase 1 : diagnostic partagé réalisée par l'Apur avec la DRIEA, la Société du Grand Paris, les Conseils généraux du Val-de-Marne et de la Seine-Saint-Denis, la Ville de Paris, et le soutien du Conseil général des Hauts-de-Seine et du Stif.

  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami