Incidence de la loi ALUR sur l'évolution du bâti parisien

Construire mieux et plus durable: incidence de la loi ALUR sur l'évolution du bâti parisien

décembre 2014 54 pages Cote : AP BROAPU688 Langue : Français

À Paris, surélever les bâtiments est une pratique ancienne. Par exemple, tous les immeubles de la place Dauphine, créée au début du XVIIe siècle ont été surélevés, parfois plusieurs fois. C’est une façon classique de développer Paris, elle fait désormais partie de l’histoire des architectures parisiennes et de son paysage urbain. Cette pratique, qui s’était ralentie au milieu du XXe siècle avec l’application de nouvelles règles de densité privilégiant les opérations de démolition et de reconstruction, a repris modestement depuis une quinzaine d’années.


Aujourd’hui, la suppression de la règle de densité (COS), introduite par l’ordonnance « Duflot » en octobre 2013 et la loi ALUR en mars 2014, offre un contexte législatif favorable à un renouveau de cette pratique, qui permet, notamment, de créer des logements neufs sans augmenter la surface du sol occupé par des constructions. Cela peut être un atout dans un Paris, densément bâti depuis longtemps, désireux d’augmenter son offre en logements tout en renforçant la présence de la nature et en incitant à la rénovation de son bâti ancien pour le rendre moins énergivore et moins sensible aux îlots de chaleur urbains.

 

La modification du PLU de Paris, lancée en juillet 2014, s’inscrit dans ce nouveau contexte en proposant de renforcer la dynamique de création de logements. La suppression des COS a ouvert des droits à construire complémentaires sur un nombre important de parcelles parisiennes où les règles de densité empêchaient jusque-là de réaliser la totalité des surfaces permises par les règles volumétriques du PLU.

 

Sommaire :

  • Avant propos
  • Surélever, une tradition parisienne
  • Possibilités de surélévation des bâtiments le long des voies
  • Des configurations urbaines particulières
  • Conclusion
  • Annexes
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami