Les rythmes de l’espace public

Les rythmes de l'espace public

janvier 2017 25 pages Cote : AP BROAPU814 Langue : Français

Cette étude s’intéresse à l’approche temporelle de l’espace public pour en identifier les principaux rythmes d’usages. Elle vient enrichir les travaux très divers menés par l’Apur sur l’espace public et sa transformation comme nouvel équipement public : nouveaux usages, nouvelles mobilités, installations de parcours sportifs, réaménagement des 7 places...


Les usages de l’espace public changent radicalement selon les temporalités. De jour, de nuit, en semaine ou le week-end, en hiver ou en été, pour les enfants ou pour les séniors, les activités qui se déploient sur les espaces publics ne cessent de varier. Prendre en compte ces fluctuations implique une connaissance des rythmes générés par ces usages dans l’espace public.


C’est l’objectif de cette approche temporelle de l’espace public qui propose d’identifier les principaux rythmes des usages, de comprendre leurs articulations en décryptant leur chronographie (rythmes).  


Ces rythmes reflètent la manière dont la ville et ses espaces publics, et plus largement les usages sont structurés par une organisation des temps. Ils s’imposent aux usagers de l’espace public (habitants, salariés, étudiants, touristes, enfants, personnes âgées…), avec des moments dédiés à des usages, des pratiques, des tâches préférentielles et récurrentes. A travers une analyse des fonctions principales de la vie urbaine autour de repères temporels standardisés (jour/nuit, semaine/week-end, été), l’étude a exploré les rythmes suivant :

  • La ville marché ;
  • La ville active ;
  • La ville évènementielle ;
  • La ville festive ;
  • La ville mobile ;
  • La ville en travaux.

La démarche retenue pour appréhender les rythmes de l’espace public s’appuie sur ces six familles adossées à des indicateurs temporels pour rendre plus évidente la dimension temporelle du fonctionnement de l’espace public. Elle a permis d’explorer la disponibilité des données temporelles retenues, la possibilité de les spatialiser, et les interprétations qui peuvent en découler. A partir de ces données brutes, l’étude propose un ensemble de cartographies « marqueurs temporels » de l’espace public qui enrichissent la compréhension des usages, leurs imbrications, les conflits générés et les possibles évolutions.

Ces marqueurs peuvent ainsi aider à orienter, à choisir, à décider des actions à mener sur l’espace public pour gérer, organiser et en améliorer le fonctionnement. Ils peuvent également cibler des espaces publics selon les rythmes des usages (quotidien, saisonnier, hebdomadaire), la variabilité d’occupation et les flux pour aider à l’organisation de la mise en œuvre de politiques opérationnelles notamment la stratégie Paris piéton.

 

Cette étude forme l’une des contributions de l’Apur à la stratégie Paris piéton, avec notamment l’étude sur les lieux singuliers (prochainement en ligne) et l'atlas de l’espace public parisien.

Documents associés
  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami