Une diversité des familles à Paris, avec plus de foyers monoparentaux qu'ailleur

Une diversité des familles à Paris, avec plus de foyers monoparentaux qu'ailleurs et moins de familles recomposées

octobre 2013 8 pages Cote : AP BROAPU623 Langue : Français

L’étude des familles à Paris était jusqu’à présent limitée par des données statistiques qui ne permettaient pas d’appréhender directement les familles recomposées. Or ces modes de cohabitation se sont développés avec l’augmentation des séparations et des divorces. Cette note de huit pages, qui s’appuie sur les résultats de l’enquête nationale « Famille et Logements » de 2011, permet d’approcher ces réalités à l’échelle de la capitale : l’importance des familles recomposées, leur taille et l’âge des enfants, la relation des enfants avec le parent absent du domicile, les caractéristiques sociodémographiques et les conditions de logement.


Elle montre qu’à Paris, 32 000 enfants de moins de 25 ans soit 7 % des enfants parisiens vivent au sein d’une famille recomposée. C’est une proportion moins forte que dans le reste de l’Ile-de-France et qu’en province. La part des enfants vivant en foyer monoparental (25 %) est à l’inverse nettement plus élevée dans la capitale. Comme dans les foyers monoparentaux, la plupart des enfants de familles recomposées vivent avec leur mère. Les parents de ces deux structures familiales sont moins diplômés et plus exposés au chômage. Les familles recomposées sont plus présentes dans le parc social à Paris que dans le reste du territoire. Outre un intérêt sociologique, ces connaissances nouvelles peuvent servir à améliorer certains services et équipements destinés aux familles.

 

Étude réalisée en partenariat avec l’Insee Ile-de-France.

  • Version imprimable
  • Envoyer à un ami