Les stations-service de la Métropole du Grand Paris face aux nouvelles énergies

Couvrant 59 hectares de la Métropole du Grand Paris, les stations-service distributrices de carburant installées dans la métropole doivent s’adapter pour accueillir de nouvelles énergies.

Extrait de l'application interactive "Les stations-service de la Métropole du Grand Paris face aux nouvelles énergies" © Apur

Accéder à l'application.

L’Apur, qui avait déjà réalisé un suivi de l’évolution des stations-service en 2012, a souhaité le mettre à jour et l’enrichir des possibilités pour ces stations de s’ouvrir aux nouvelles énergies en fonction des contraintes réglementaires et urbaines. A ce stade, l’étude aboutit à la projection suivante : 

  • 222 stations sont identifiées comme mutables et pourraient accueillir de nouvelles énergies telles que le GNV/BioGNV ou l’hydrogène. 
  • 102 stations seraient éventuellement transformables sous conditions, elles pourraient accueillir des offres complémentaires sous ré¬serve de se séparer de tout ou partie des carburants actuellement distribués ou d’une refonte profonde de leur aménagement. 
  • 78 stations ne peuvent pas accepter de nouvelles énergies (GNV/ BioGNV, hydrogène). En revanche, ces stations pourraient, sous réserve d’une capacité du réseau électrique suffisante, accueillir des « hubs » de recharge électrique et/ou d’autres services urbains. 

La carte interactive représente la capacité d’évolution des stations à partir de la méthodologie développée par l’Apur. Elle permet par un simple clic d’interroger chacune des stations de la Métropole et d’obtenir sa fiche « technique » détaillée mais aussi un lien pour la visualiser dans son environnement.

Pour davantage d’informations, se référer à l’étude, disponible ici.

 

Ressources