Les tissus urbains

Les tissus urbains © Apur

La carte des tissus urbains est une des composantes du paysage. 

Trois facteurs de la morphologie bâtie permettent de repérer les grands types de tissu urbain :

  • La dimension des éléments bâtis : grands, moyens et petits ;
  • Les implantations : en continuité et discontinuité, mitoyens ou à distance ;
  • Les hauteurs des constructions.

L’étalonnage des dimensions a été réalisé à partir des grandes familles de bâti de l’agglomération dense.

Par exemple, le logement individuel a une emprise le plus souvent inférieure à 200 m² et une hauteur de moins de 10 m ; l’immeuble collectif d’avant les années 50, parisien et faubourien, a une emprise inférieure à 500 m² et une hauteur qui varie entre 10 et 25 m, un bâtiment d’activités a rarement moins de 1 000 m² d’emprise, etc. Cette classification fonctionne pour lire une cohérence par grands territoires, les unités de paysage constituées par des nappes bâties similaires, les lieux de rupture…

Ainsi, cette approche par les dimensions des bâtiments s’applique à définir une classification qui n’est pas une lecture par fonctions ou hauteurs mais qui précise des rapports volumétriques et des structures de tissus urbains dont la mixité ou la juxtaposition permet de rendre compte de paysages bâtis plus ou moins homogènes, plus ou moins dépendants de la topographie ou des grandes infrastructures routières, ferrées et fluviales.

 

Ressources

Documents à télécharger

  • Carte

    Les tissus urbains au bâtiment

    Format : pdf, 36.24 Mo
    Télécharger
  • Carte

    Les tissus urbains à la parcelle

    Format : pdf, 21.94 Mo
    Télécharger