1·2·3·4 Regroupement des arrondissements centraux

Cette étude présente un état des lieux des quatre arrondissements centraux et une analyse urbaine des bâtiments-mairies pour alimenter la réflexion sur les modalités de mise en œuvre de la réforme.

Point de vue depuis la tour Saint-Jacques © Apur Patalagoïty

La loi du 28 février 2017 relative au statut de Paris prévoit le regroupement des arrondissements 1 à 4 par la création d’un secteur électoral et administratif unique. Cette étude vise à établir un état des lieux détaillé des quatre arrondissements pour alimenter la réflexion sur les modalités de mise en œuvre de la réforme (effective en 2020) en lien avec les évolutions spécifiques du cœur de Paris. Elle détaille les grands enjeux de ces arrondissements par une analyse sociodémographique, économique et urbaine, qui porte tant sur la situation actuelle que sur les évolutions de temps long et sur les projets engagés. La mutation des quatre bâtiments-mairies est une des conséquences de la réforme. L’étude intègre une analyse urbaine des bâtiments-mairies pouvant nourrir la réflexion pour leurs usages futurs.

L’étude montre que les quatre arrondissements centraux forment un ensemble à double échelle : un rayonnement et une attractivité métropolitaine d’une part et une maille hyperlocale d’autre part composée de quartiers à forte identité. Le secteur se distingue par sa richesse patrimoniale et son épaisseur historique, mais constitue aussi un démonstrateur en matière d’innovation, notamment sur l’espace public. Il bénéficie de nombreuses dynamiques de projet. Il est marqué par des enjeux liés à la baisse de la population résidente et à l’augmentation du parc inoccupé. Ces évolutions soulignent l’enjeu de maintien de la fonction résidentielle du centre de Paris, qui le distingue aujourd’hui d’autres centres de grandes métropoles mondiales largement dévolus à la fonction économique (Londres, New York). Les taux d’équipements sont élevés dans le secteur et seront confortés par les projets engagés. Les besoins doivent cependant être considérés aux deux échelles : locale et globale, en raison de la place qu’occupe le cœur de Paris dans la métropole et de son attractivité.

De l’analyse urbaine des mairies, il ressort que les quatre mairies sont globalement très accessibles. La population résidente est plus nombreuse aux abords de la Mairie du 3ème.  Le profil d’habitants est plus jeune et plus familial dans la moitié nord du secteur 1234. La Mairie du 4ème est intégrée à un système métropolitain, par son accessibilité en transport, sa proximité à la Seine, à l’axe commerçant de la rue de Rivoli. La Mairie du 3ème appartient à un système plus local, de quartier, à proximité du Carreau du Temple et d’un tissu commercial à caractère local. La Mairie du 2ème est située au cœur d’un écosystème d’innovation, d’un ensemble de lieux singuliers (passages couverts), à proximité des grands boulevards. La Mairie du 1er est intégrée à un système d’espaces ouverts et d’équipements de grande échelle (Louvre, la Seine, les Halles).

Au-delà du projet administratif, le regroupement des quatre arrondissements et l’évolution des bâtiments-mairies ouvrent des perspectives pour le territoire. Au regard de l’analyse, ces projets pourraient s’appuyer sur ces trois éléments structurants : la double-échelle locale et globale, une constante dans les analyses ; la Seine un atout et marqueur du territoire ; l’innovation, le cœur de Paris étant un territoire historique d’expérimentation.

Infographie - Regroupement des arrondissements centraux © Apur

Ressources

Documents à télécharger

  • Étude

    1·2·3·4 Regroupement des arrondissements centraux

    Format : pdf, 105.52 Mo
    Télécharger
  • 1·2·3·4 Regroupement des arrondissements centraux - Synthèse

    Format : pdf, 5.2 Mo
    Télécharger

Cartes à télécharger

  • Projets en cours dans les arrondissements centraux

    Format : pdf, 1.2 Mo
    Télécharger