Avoir 17 ans à Paris - Une exploitation des résultats de l'enquête Escapad Paris 2010

Avoir 17 ans à Paris

Cette étude s’appuie sur une exploitation de l’enquête ESCAPAD 2010 réalisée à l’occasion de la Journée Défense et Citoyenneté et qui a concerné à Paris 2 200 jeunes de 17 ou 18 ans.

L’analyse vise à cerner le mode de vie des jeunes sous différents angles  : relations familiales, santé et mal-être, argent de poche et revenus, sociabilité et loisirs, relation au quartier.

Les résultats montrent l’expression d’un grand attachement des jeunes parisiens de 17 ans envers leur famille et les valeurs qui y sont rattachées. Les jeunes portent à l’inverse un regard inquiet sur la société extérieure et sur leur avenir, comme en témoignent les faibles taux de confiance dans la politique et les médias. L’enquête témoigne de différences importantes entre filles et garçons : les filles sont davantage encadrées et limitées dans leurs sorties, elles perçoivent moins de revenus, sont plus nombreuses à participer aux tâches ménagères et à montrer des signes de mal-être. Selon les secteurs géographiques, l’enquête montre un moindre encadrement et un moindre soutien familial chez les jeunes des quartiers populaires, des niveaux de confiance moins élevés ainsi que des perceptions globalement plus négatives. Ces écarts importants permettent de relativiser la part de ces résultats qui tiennent à l’âge des jeunes interrogés, l’adolescence, qui n’est donc pas la seule variable d’importance. Le genre mais aussi le secteur d’habitation sont déterminants dans la sociabilité et le mode de vie des parisiens de 17 ans, ce qui interroge sur l’influence du territoire.

Etude réalisée dans le cadre d’une convention de partenariat avec l’Observatoire français des toxicomanies (OFDT) et la Ville de Paris.
 
Ce travail s’inscrit dans le cadre des études que mène l’Apur sur les jeunes à Paris en 2012 et 2013.

Ressources

Documents à télécharger

  • Avoir 17 ans à Paris - Une exploitation des résultats de l'enquête Escapad Paris 2010

    Format : pdf, 4 Mo
    Télécharger