Contribution de l’Apur à l’Atlas des Franciliens. Activité et emploi.

Cette contribution de l' Apur à l' « Atlas des Franciliens » s' attache en particulier à souligner la spécificité des emplois salariés parisiens, de la structure de la population active par catégories socioprofessionnelles et du taux d' activité; elle traite également de l' évolution des migrations alternantes vers Paris.

L' emploi salarié parisien est caractéristique à la fois d' un pôle de commandement d' envergure internationale, et d' une capitale touristique et culturelle. Depuis 1990, l' évolution des effectifs salariés est moins favorable à Paris que dans l' ensemble de la région Ile-de-France. La capitale rassemble toutefois encore un tiers des effectifs salariés franciliens. La population active parisienne se singularise par une forte présence des catégories socioprofessionnelles supérieures mais aussi par un taux de chômage élevé (12% en 1999). Ce contraste se traduit localement par un clivage entre l' est et l' ouest de la capitale, le centre et la périphérie. Le recul global de l' emploi qui s' opère à Paris entre 1990 et 1999 (-215 000 emplois) concerne surtout les emplois d' ouvriers et d' employés (81 % de la baisse). Il s’ accompagne de répercussions tant sur la géographie du lieu de travail que sur l' origine résidentielle des flux. On observe en effet une baisse des navettes domicile-travail à destination de la capitale: dans huit cas sur dix, il s' agit d' une diminution des flux en provenance de la petite et de la grande couronne ou de la province. Les flux intra-muros résistent mieux quant à eux.

Ces évolutions illustrent le glissement du profil social des résidents et des emplois parisiens vers des catégories plus aisées.

Ressources

Documents à télécharger

  • Contribution de l’Apur à l’Atlas des Franciliens. Activité et emploi.

    Format : pdf, 149.68 Ko
    Télécharger