Quels espaces pour les biodéchets dans la métropole?

Poser les bases d’un système optimisé de gestion et de traitement des biodéchets dans une métropole neutre en carbone. 

Composteur de quartier de la gare de Reuilly, Paris 12e © Apur

S’inscrivant dans le cadre partenarial du programme de travail de l’Apur de l’année 2018-2019, et dans le prolongement des travaux menés autour de l’Atlas des Grandes Fonctions Métropolitaines, l’étude sur la valorisation des biodéchets visera à dessiner les contours du système optimisé de gestion et de traitement des biodéchets à l’orée de l’objectif de neutralité carbone. Elle sera menée en lien étroit avec les acteurs du secteur dont le Syctom. Ceux-ci apporteront leur connaissance des systèmes, actuels et futurs, de gestion et de traitement des biodéchets sur son territoire ; l’Apur de son côté mettra à contribution sa connaissance des typologies bâties et des réseaux du territoire, des processus de transformation connus du territoire et sa connaissance des opportunités foncières possibles.

Une étude réalisée en 2 phases :

Une première partie des travaux permettra de dresser un état des lieux des systèmes existants et des actions entreprises sur l’ensemble des territoires de la Métropole à ce jour : compostage collectif et individuel, mise en place de collectes sélectives à destination de différents types de producteurs (gros producteurs, ménages) sur la base des éléments connus par les acteurs du secteur.

Les dispositifs projetés connus mais non encore mis en œuvre seront intégrés à cette analyse. Une analyse des différents dispositifs mis en place permettra d’en faire ressortir les contraintes et potentiels.

La seconde partie de l’étude visera à poser les bases d’un système optimisé de gestion des biodéchets à l’horizon 2050. À cet effet, il proposera des scenarios d’évolution des éléments spatiaux en prenant comme objectif le cadre légal et en intégrant à la fois le tendanciel illustré par les éléments recueillis dans la première, les scénarios d’évolution de production de ces déchets envisagés au premier rang desquels le Syctom, et les contraintes et potentiels des tissus constitués. Par exemple, l’hypothèse d’une gestion locale généralisée pour les tissus pavillonnaires (compostage ou méthanisation individuels), des lieux de gestion collective aux abords des lieux de transport, etc. 

Le calendrier des deux phases est le suivant :

- première partie en octobre 2018

- seconde partie en décembre 2018.

Si vous travaillez sur ce sujet en tant que chercheur et si vous souhaitez être associé à cette publication, n'hésitez pas à nous contacter.

Ressources

Documents à télécharger

  • Quels espaces pour les biodéchets dans la métropole?

    Format : pdf, 6.86 Mo
    Télécharger