Évolution des mobilités dans le Grand Paris
Tendances historiques, évolutions en cours et émergentes

À l’aune des projets engagés et des inflexions liées à la crise sanitaire, l’Apur documente ici l’évolution des mobilités sur 45 ans (1976-2021) pour mieux comprendre et imaginer les pratiques futures de la mobilité dans la Métropole du Grand Paris.

Station Mairie de Montrouge (ligne 4) © Apur

Les pratiques et habitudes de mobilités du quotidien ont largement évolué ces dernières années et sont actuellement requestionnées par les contextes de la crise sanitaire et climatique obligeant la ville et chaque habitant à une nouvelle forme de résilience. Ces évolutions, en termes de mobilité, sont notamment portées par l’apparition de nouvelles offres de mobilité dont les répercussions sont quasi immédiates et observables sur les pratiques des habitants.

Il convient toutefois de distinguer les changements conjoncturels des évolutions plus profondes ancrées depuis plus longtemps et évoluant parfois de façon plus lente mais plus pérenne, déjà engagées depuis parfois plusieurs décennies.

Les données historiques de l’Enquête globale Transport (EGT) depuis 1976 montrent que l’augmentation de la mobilité dans la métropole du Grand Paris a historiquement été portée par la croissance de la population et aussi par les évolutions de comportement. La mobilité individuelle elle-même a augmenté avec l’essor de l’usage de la voiture dans les années 80, et une forte croissance de la mobilité quotidienne des Parisiens qui dépasse les 4 déplacements réalisés par jour depuis les années 2000. 

La marche est le principal mode de déplacement depuis 1976. Si au début des années 2000, la voiture était le second mode dans la Métropole, elle a été dépassée par les transports collectifs depuis déjà une dizaine d’années et la baisse de son usage et de la motorisation des ménages, débutée dans les années 1990 à Paris, se poursuit et s’étend assez largement aux communes de petite couronne.

En 2018, sur les 27,4 millions de déplacements internes et en lien avec la Métropole quotidiennement réalisés, la marche à pied représente 12,3 millions de déplacements et ne cesse de progresser depuis le début des années 2000 (+50% entre 2001 et 2018). Avec 8,1 millions de déplacements quotidiens dans et en lien avec la Métropole du Grand Paris, les transports collectifs sont le second mode de déplacements du Grand Paris. Enfin, avec 5,9 millions de déplacements quotidiens, l’usage de la voiture est en recul dans la Métropole ; tout comme le taux de motorisation des ménages qui se réduit depuis les années 1990. En 10 ans, entre 2007 et 2017, le taux de motorisation des ménages a globalement baissé : -17% à Paris, -5% dans les communes de la métropole hors Paris et au total -7% pour l’ensemble de la Métropole. 

La mobilité des métropolitains s’appuie de plus en plus sur la diversification des offres (réseau cyclable, extension du réseau de métro et de tramways, métro du Grand Paris Express, services en free-floating et à la demande et modes innovants), sur l’optimisation de l’usage de l’offre de mobilités via l’amélioration de l’accès à l’information et le développement de la multimodalité au sein d’un même trajet. Les projets engagés et à l’étude vont dans le sens d’une augmentation de l’offre et de l’accessibilité et extension géographique sur le territoire métropolitain.

Le réseau de transport en commun a continué de se développer ces 20 dernières années : une nouvelle ligne ouverte en 1998 et 7 prolongements de lignes entre 1998 et 2019 ; ainsi que la mise en service de 10 nouvelles lignes et 9 prolongements de tramway. Ce développement de l’offre a eu des effets mesurables en termes de fréquentation (+47% sur le réseau métro et tramway) et de part modale. À l’avenir, le développement se poursuit avec de nouveaux prolongements de lignes de métro (dont la ligne 14 à mairie de Saint-Ouen depuis décembre 2020), de nouveaux projets de tramway (dont le T9 depuis avril 2021) et le métro du Grand Paris. Au total, ce sont 169 nouvelles gares et stations qui devraient voir le jour d’ici à 2030.

Fort de 2 800 km d’aménagements cyclables et de 1 100 km en projet, le Grand Paris s’adapte pour accompagner l’émergence des nouvelles pratiques. Si le volume de déplacements reste modeste, le développement de l’usage du vélo est indéniable puisque le nombre de déplacements à vélo a été multiplié par 4 dans la Métropole entre 2001 et 2018.

Le contexte récent a fait émerger de nouvelles habitudes qui pourraient se révéler pérennes : déplacements de proximité, télétravail, mobilités décarbonées, visant à une réduction de l’impact environnemental des déplacements et à une amélioration de la qualité de vie. Dans la mouvance de « la ville du ¼ d’heure », les politiques d’aménagements intègrent déjà ces paramètres avec le développement de la mixité fonctionnelle urbaine et la création de zones piétonnes ou mieux partagées. La crise aurait-elle constitué un accélérateur de ces tendances déjà observées avant 2020 ?

Infographie - Évolution des mobilités dans le Grand Paris - Tendances historiques, évolutions en cours et émergentes © Apur

Ressources

Documents à télécharger

  • Étude

    Évolution des mobilités dans le Grand Paris - Tendances historiques, évolutions en cours et émergentes

    Format : pdf, 48.33 Mo
    Télécharger

Cartes à télécharger

  • Carte

    Les zones de circulation limitée à l'échelle de la métropole du Grand Paris

    Format : pdf, 3.71 Mo
    Télécharger
  • Carte

    Lignes de transports en commun lourds mises en service entre 1976 et 2020 en IDF

    Format : pdf, 841.35 Ko
    Télécharger
  • Carte

    Les projets de transports en commun dans la MGP

    Format : pdf, 806.93 Ko
    Télécharger