Évolutions conjointes du parc de logements et de la population en Île-de-France

Deux scénarios à l’horizon 2035

Pantin, secteur canal de l'Ourcq : vue des opérations d'aménagements livrées entre 2017 et 2108 © Apur - David Boureau

L’évolution du parc de logements et de son occupation en Île-de-France influe largement sur la croissance démographique et sa répartition au sein de la région. En s’appuyant sur les tendances récentes tant en termes de renouvellement que de modes d’occupation du parc de logements, deux scénarios, se distinguant par le volume de construction neuve, peuvent être établis.

Dans le premier, 50 000 logements en moyenne seraient construits par an. D’ici 2035, la part de logements inoccupés passerait de 10 % à 12 %. La taille des ménages baisserait, particulièrement en grande couronne. La région compterait 5,7 millions de ménages et 13,1 millions d’habitants.

Dans le second, scénario dit « loi Grand Paris », 70 000 logements seraient construits chaque année. En 2035, la population francilienne serait alors supérieure de 400 000 habitants à celle obtenue dans le premier scénario. Cette croissance démographique serait inédite depuis plus de 40 ans. L’inoccupation des logements, le desserrement de la taille des ménages et la concentration de la population en petite couronne seraient également amplifiés.

Infographie - Evolutions conjointes du parc de logements et de la population en IDF © Apur