L’exposition web «S’imaginer Paris et le Grand Paris»

50 ans d'histoire urbaine, 5 périodes, 300 documents, 15000 pages numérisées.

L’exposition web « S’imaginer Paris et le Grand Paris » © Apur

Depuis 1967, l’Apur accompagne les politiques publiques et relève les défis de Paris et du Grand Paris. L’exposition « S’imaginer Paris et le Grand Paris depuis 1967 » retrace cette histoire à partir de 50 études sélectionnées qui illustrent chacune l’ampleur du chemin parcouru. D’une vision urbaine qui privilégie la rénovation, la construction des bases de données et des outils cartographiques permettant le partage de la connaissance, de l’engagement en faveur du partage de l’espace public et des mobilités douces jusqu’aux travaux révélant les ressources cachées de la ville invisible, les données, cartes et études produites par l’Atelier tracent des chemins de transformations possibles de la ville, inscrits dans l’histoire et ouverts au monde qui change.

Chaque étude présentée donne accès à une bibliothèque plus vaste à la disposition de celles et ceux qui souhaitent en savoir plus. Ce sont au total plus de 300 documents et 15 000 pages qui ont été numérisés pour réaliser cette exposition qui sera enrichie chaque année de nouveaux travaux.

Visiter l'exposition

1967 - 1977 le retour de la Ville
A la fin des années 1960, la politique de rénovation menée dans le cadre des principes du mouvement « moderne »  est très mal vécue par la population, les reconstructions ne suivent pas. Il faut élaborer une nouvelle stratégie urbaine, plus réaliste, moins coûteuse et socialement acceptable.
L’Apur est créé en juillet 1967. Il va inventer un outil technique nouveau, pluridisciplinaire et transversal : l’agence d‘urbanisme pour tous. Il propose une vision qui construit l’avenir à partir de la ville existante et de ses habitants : arrêt des autoroutes urbaines et notamment de l’Axe nord sud qui devait remplacer le canal Saint Martin, revalorisation de l’existant, mise en place de bases de données informatisées sur le logement, la population et l’économie, inconnues jusqu’alors. Une vision concrétisée dans le SDAU (Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme) et le POS (Plan d’Occupation des Sols) de Paris, tous deux votés en 1977.

Population parisienne dans le quartier des Halles dans les années 70 © Apur

1978-1987 La réinvention du projet
Avec l’adoption du POS et du SDAU débute une nouvelle manière de fabriquer les projets… La Ville est réhabilitée, l’architecture et l’urbanisme haussmanniens reconsidérés par l’Apur.  Place au Nouveau Paris! L’Apur dessine, réinvente les ilots, les cours, les rues, les places et les jardins, prépare des terrains pour les grands projets présidentiels, organise les concours pour les grands parcs et les promenades, et engage le plan programme de l’est parisien destiné à rééquilibrer le niveau d’équipement de Paris.

Exposition publique ZAC Gare de Lyon et rue de Bercy - Les tours de la Rapée, vue depuis la rive gauche (1981) © Apur

1988 - 1997 La reconquête
Après cette longue période de rénovation urbaine qui a vu près du quart de Paris rebâti en 30 ans, l’Apur engage un travail de reconquête autour des quartiers de faubourgs qui voient leurs activités artisanales péricliter, les promoteurs prospecter et une nouvelle population plus jeune arriver,
Stopper la toute-puissance de la voiture dans Paris, rendre les «quartiers tranquilles », reconquérir et embellir les espaces publics, introduire le vélo et aider les bus à circuler, inventer une nouvelle manière de vivre en ville, réutiliser les bâtiments en déshérence… se traduisent par l’invention d’une multitude de projets au cœur des quartiers les plus patrimoniaux et les plus anciens.

La passerelle Simone de Beauvoir reliant le parc de Bercy à la ZAC Paris Rive Gauche (13e arr.) / Architectes : Feichtinger - Dominique Perrault  © Apur - Abron

1998 - 2007 Solidarité et environnement, les nouveaux cadres
Les années 2000 transforment les cadres réglementaires et introduisent des règles liées à la solidarité et à l’environnement. L’Apur va créer plusieurs observatoires appuyés sur des bases de données riches de 30 ans de travail et  permet ainsi de déployer efficacement des politiques nouvelles : résorption de l’insalubrité, familles, commerces, petite enfance, mais aussi la transformation de l’espace public, l’installation de Vélib et l’engagement du premier plan climat avec le cadastre solaire, ainsi que la trame verte et bleue. Le POS de 1977 laisse place au PLU (Plan local d’urbanisme) de 2006 qui consolide l’approche sociétale de la ville. Paris participe à la politique de la ville et engage plusieurs programmes de requalification urbaine. L’ouverture politique vers la banlieue favorise les travaux d’interface de part et d’autres du boulevard périphérique.

Paris la nuit : Cartes Apur © Apur

 

2008 - 2017 Vers la métropole durable

Dès 2008, l’Apur change d’échelle ; les plans, les bases de données, les études, les projets, les enjeux, tout se déploie à l’échelle de la petite couronne qui deviendra en 2016 la Métropole du Grand Paris. Décision politique qui fait suite à  la consultation internationale du Grand Paris et au  lancement du réseau du Grand Paris Express. Au-delà du changement d’échelle, l’atelier engage des travaux autour de la ville invisible. Le territoire est désormais étudié au prisme du changement climatique, de la capacité à innover dans ses usages, des nouveaux modes de déplacements et des services rendus possibles par le numérique.

JO : Un exemple de grand site temporaire iconique : les Champs-Elysées © Paris2024 - Luxigon