Paris, métropole sur Seine : une concertation XXL

actu - Seine - Pont Alexandre III

Article de Patricia PELLOUX, chef de projet Seine et Pascale THOMAS, responsable communication et multimédia à l’atelier parisien d’urbanisme, publié dans Traits d'agences, supplément à Traits urbains n° 46, printemps 2011.

Le projet parisien de reconquête des voies sur berge se construit et s’affine au fil d’un processus de travail fait de séminaires, de réunions publiques, d’un forum internet et d’une publication de Paris Projet.

Un projet dans l’air du temps

La reconquête des berges de Seine face à la toute-puissance de la voiture, incarnée depuis la fin des années 1960 par la voie Georges-Pompidou, est le serpent de mer de la dernière décennie. Les orientations municipales portées depuis 2001, prônant le développement d’autres modes de déplacement, conjuguées à un mouvement général de retour des villes vers leurs fleuves ou leurs canaux, ont placé le projet des berges de Seine sur la scène médiatique. En avril 2010, Bertrand Delanoë, maire de Paris, présente à la presse le fruit de dix mois de travail mené par l’Apur, inspiré de réflexions de longue date. Il livre alors des intentions, quelques lignes fortes et, déjà, des images. « Non contractuelles » selon la formule consacrée, elles donnent à rêver, à matérialiser de façon crédible la transformation de 1 km de la voie Georges-Pompidou rive droite en boulevard urbain et surtout de 4,5 hectares de berges rive gauche en espaces de promenade, d’activités de loisirs, de culture, de sport, d’espaces de biodiversité. Une transformation réversible et évolutive, rapide à mettre en oeuvre après le retrait de la circulation, centrée sur des usages variés au fil des saisons, des générations, des alternances nocturnes et diurnes. Les partenaires majeurs tels que la Préfecture de Police, l’Architecte des Bâtiments de France ou Ports de Paris ont déjà été approchés sans avoir rendu d’avis formel. Le projet est réalisable, les études de report de circulation le montrent, le climat général parisien en atteste, reste à le nourrir…

Une multitude d’initiatives pour nourrir le projet

En septembre 2010, l’Apur publie le 40e numéro de sa revue Paris Projet, Paris, métropole sur Seine, consacré à la fois au projet et à sa mise en perspective dans la longue histoire de Paris et de son fleuve. Une contribution qui prend délibérément de la hauteur par rapport au projet et qui vise un public plus large que le lectorat habituel de la revue. Dans cet objectif, l’Apur s’associe avec les éditions Textuel, accède au réseau de distribution d’Actes sud et tente de régler le délicat équilibre entre la rigueur du propos coutumière des agences d’urbanisme et la construction d’un récit métropolitain de la Seine qui inscrit le projet dans son ambition d’aujourd’hui. Parallèlement, le Conseil de Paris a approuvé le lancement de l’opération et les modalités de concertation préalables. Classiquement, une exposition et des réunions publiques sont organisées dans toutes les mairies d’arrondissement, des registres mis à disposition. Moins classiquement, des ateliers pour les enfants sont créés par le Pavillon de l’Arsenal dans le cadre de Paris Plage et, le projet portant à l’évidence une dimension métropolitaine, une réunion ouverte à tous les habitants et associations conclut le cycle. Dans le même temps, un site internet est lancé par la Ville de Paris pour recueillir les avis et propositions des internautes, parisiens ou non, sur le projet. Avec 22 000 visiteurs et plus de 450 contributions, la communication web est un formidable réservoir à idées… et à contradictions.

Toujours dans le même mouvement, les partenaires institutionnels sont conviés à livrer leur éclairage professionnel lors de deux séminaires d’une journée conçus comme des brainstorming autour des entrées thématiques du projet (sport, culture, nature, événement).

Au fil des mois, de ces différents rendez-vous et du fourmillement qui en naît, le projet s’affine, se précise, d’autres images surgissent. Aujourd’hui, la Ville de Paris s’est organisée pour assurer la maîtrise d’ouvrage du projet en créant une « mission Seine » chargée d’articuler le travail de tous les partenaires – parmi lesquels l’Apur, qui s’est adjoint les compétences du scénographe Jean-Christophe Choblet, reste un acteur central.

Le site du projet :

> http://bergesdeseine.paris.fr/

L’ouvrage Paris, métropole sur Seine sur le site de l’Apur :

> http://www.apur.org/paris-projet/paris-metropole-sur-seine
 

Ressources

Documents à télécharger

  • "Paris, métropole sur Seine : une concertation XXL"

    Format : pdf, 126.57 Ko
    Télécharger