Le goût du paysage par Alexandre Chemetoff

Affiche biennale "Le goût du paysage"

Le goût du paysage, c’est celui des amateurs, mais c’est aussi celui décrit par Brillat-Savarin et que chacun apprécie à sa façon en mangeant et en buvant. On peut avoir un goût pour les paysages et se plaire à les contempler, à les représenter et à les façonner, mais les paysages ont aussi un goût, le goût des fruits de la terre. Les beaux paysages sont aussi de bons paysages.

Le goût du paysage est une récréation, une parenthèse faite de rencontres et d’échanges. mais c’est aussi un témoignage, une prise de position et un plaidoyer.

Deux questions banales qui, hier encore, passaient pour un manque de conversation, « que mange-t-on ce soir ? » et « quel temps fait-il demain ? », sont devenues pour chacun d’entre nous et même pour ceux qui s’en défendent, essentielles et vitales.

Le goût du paysage est une invitation, dans le Potager du roi, lieu de production, d’expérimentation, d’acclimatation, de composition et de transmission, à partager des nourritures terrestres, en pensant à l’avenir des paysages, des villes et des campagnes qui ont une destinée commune.

Une exposition, dans le Pavillon des Suisses, propose une mise en scène à partir des portraits de 24 paysans-producteurs et de leurs domaines en Île-de-france, auxquels s’ajoute le Potager du roi à Versailles.

Des paysans-producteurs exposés et d’autres, maraîchers, vignerons, boulangers, fromagers, mais aussi cuisiniers, urbanistes, architectes, artistes et paysagistes, sont invités à l’heure du marché ; les uns et les autres alimentent, à leur manière, la conversation. Les uns en apportant leurs produits mis en vente sur le Petit marché, les autres en les accommodant ou en les représentant. chacun goûte au paysage, passant du goût au paysage et du paysage au goût.

 

Plus d'informations sur le programme et les horaires ici

Ressources

Documents à télécharger