Apur'Café #5 : Les mobilités réinterrogées avec la COVID-19

Apur'café © Apur

La crise sanitaire que nous vivons depuis le mois de mars a profondément réinterrogé nos manières de vivre, d’habiter et aussi de nous déplacer. Les nouvelles pratiques de mobilités, voire parfois de non-mobilité… qui s’installent pourraient durablement changer la situation des transports dans le Grand Paris.

C’est pourquoi, nous vous proposons un web café qui prend appui sur 2 notes, publiées cet été:

Pendant deux mois, si les personnels de santé et un certain nombre de « travailleurs essentiels » ont continué de se rendre au travail, de nombreux actifs recouraient au télétravail lorsque leur emploi s’y prêtait. L’Apur a ainsi souhaité mieux évaluer l’impact que le travail à distance pourrait avoir sur la mobilité dans la métropole du Grand Paris. Trois scénarios de télétravail « pour demain » ont été étudiés, en ciblant notamment les cadres, particulièrement concernés par le travail à distance et responsables de plus du tiers des déplacements pendulaires dans la métropole. Du scénario a minima au scénario plus ambitieux, avec 10 à 20 % des actifs (hors artisans) en télétravail régulier – soit 20 à 40 % des cadres –, ce sont ainsi entre 5 % et 11 % de l’ensemble des trajets domicile-travail qui pourraient être évités dans le Grand Paris, soit plus de 1,11 à 2,27 millions déplacements par semaine. L’impact du travail à distance régulier peut ainsi avoir un impact significatif sur la désaturation des réseaux de transports collectifs et des autoroutes et du périphérique, mais aussi agir sur l’écrêtage des heures de pointe ce qui permettrait de rendre plus confortable les déplacements dans la métropole, tout en facilitant la mobilité des « travailleurs essentiels » et le transport de logistique.

L’espace public s’est également adapté afin de répondre aux règles de distanciation physique, grâce à des aménagements temporaires. Des initiatives sont apparues, directement inspirées de l’urbanisme tactique : pistes cyclables, piétonnisation de rues, élargissement des trottoirs, installation de contre-terrasses sur les places de stationnement… Au total, ce sont près de 210 km de pistes cyclables temporaires qui vont voir le jour dans le Grand Paris.

Ces initiatives pourraient dès lors changer durablement les habitudes de mobilité en faveur des modes actifs, alors que plus de 70% des déplacement internes à la métropole (tous motifs) font moins de 3 km et que 45% des trajets domicile-travail des habitants font moins de 5 km, soit 15 à 20 mn à vélo.
 

Apur' Café : Les mobilités réinterrogées avec la COVID-19

Notes et présentation réalisées par :

  • Patricia Pelloux, directrice adjointe - Ingénieure urbaniste
  • Florence Hanappe, cheffe de projet - Ingénieur architecte

Ces documents ont également été réalisés par : 

  • Vincent Nouailhat, ingénieur aménagement environnement
  • Christine Delahaye, géomaticienne cartographe
  • Clément Mariotte, chef de projet, urbaniste
  • Morad Khaloua, géomaticien
  • Sandra Roger, cheffe de projet, statisticienne
  • Yann-Fanch Vauléon, paysagiste

Ressources

Documents à télécharger

  • Note

    Télétravail et mobilité dans le Grand Paris – Quel impact demain sur les réseaux de transport ?

    Format : pdf, 19.1 Mo
    Télécharger
  • Note

    La marche et le vélo plébiscités en période de crise sanitaire

    Format : pdf, 12.48 Mo
    Télécharger
  • Présentation de la webconférence #5 - Les mobilités réinterrogées avec la COVID-19

    Format : pdf, 94.83 Mo
    Télécharger
  • Programme prévisionnel des web conférences

    Format : pdf, 201.13 Ko
    Télécharger